Landlords РLes Propri̩taires

This posting on Boing Boing reminded me of something I wanted to mention about Switzerland. Though I sometimes makes it sound like heaven, with beautiful Swiss girls begging to marry you, cows that give chocolate milk when you milk them, and every man with an assault rifle, that’s not the whole truth.

Swiss landlords are crazy. And Swiss people, who have a certain zeal for social harmony, indulge them. Here are some examples:

  • In my second apartment in Lausanne, the landlord took me to the color coded chart and explained in detail which days of which weeks (morning or afternoon) we had access to the laundry room. Perhaps it was my weak French, but it seemed awfully complex to me — certainly not “1st floor, Thursday”, 2nd floor Wednesday”. So then she took me into the laundry room and showed me the electrical meter I was supposed to read before and after my laundry, and the logbook I was supposed to write the readings into.  I asked, “because we have to pay for the electricity?” She said, “no, just to know”.
  • In our friend’s apartment, there was a recurring “problem” with handmade signs on the mailboxes. A note popped up next to them: “Dear tenants, We would like to remind you that it is strictly prohibited to affix notes on your own box. Please address yourself to the building superintendent, who has the proper materials should you desire to put a note on your box.” The notes in question were “Pas de publicité, svp”, which is the Swiss solution to Direct Mail. Since every post box in the country has that note, the direct marketers print 20% what they once did, then they recycle 100% of what they do print (as it is returned by the post office because all the boxes have the little notes). Problem solved.
  • At another friend’s apartment, there’s another colorful and excessively complicated diagram showing which of the three flats cleans the stairway and entrance hallway on which week. There’s a little note at the bottom that suggests that Saturday morning would be the best time to do it.

There are a lot of people who hate Switzerland after a few weeks (due to the pervasive, quiet, constructive but a little creepy pressure to conform). It always makes me happy when I contemplate those people and know that I’m not one of them, and that no matter where Marina and I travel, Switzerland will always be home.

—–

Un article sur BoingBoing m’a rappelé quelque chose que j’ai voulu dire au sujet de la Suisse. Bien que des fois je la décrire comme quelque type de paradis, avec des femmes suisses qui veulent vous épouser, les vaches qui donnent du lait chocolat, et chaque homme avec sa fusil de assaut… mais c’est pas la vérité entier.

Les propriétaires suisses sont fous. Et les suisses, qui ont un certain zèle pour l’harmonie sociale, leur cèdent. Voici, certains des exemples:

  1. Chez mon second appartement à Lausanne, la propriétaire m’a montré un tableau coloré et m’a expliqué (en détail) pendant quels matins ou après-midis des quels jours des quels semaines nous avons eu accès à la laverie. Peut être il était au cause de ma français faible, mais cela me semblait terriblement complexe — certainement pas si simple que “premier étage: jeudi”, “second étage: mercredi”. Puis, elle m’a montré le compteur électrique ou je devait relever le chiffre avant et après de faire la lessive, et le registre ou je devait écrire les mesure. J’ai demander, “parce que nous devons payer pour l’électricité?” Elle m’a dit, “Non, c’est juste pour savoir…”
  2. Chez une amie, il y avait “une problème” récurrente avec des affiches fait à main sur les boites à postes. Un annonce est apparue à coté d’eux: « Cher locataires: Nous vous voulons rappeler que c’est strictement interdit de attacher des affiches sur votre boites à lettres vous-même. S’il vous plaît, vous adressez chez le superviseur du bâtiment où vous trouverez des matériaux convenables. Â» Ces affiches disaient « Pas de publicité, svp. Â», la solution suisse pour éviter le publicité par poste. Parce que presque chaque boite à lettres dans le pays a cette affiche, les publicitaires impriment 20% de ce qu’ils faisaient jadis. Puis ils recyclent 100% de ce que ils impriment – tous sont retournés par la poste parce que toutes les boites ont les affiches. Problème résolu!
  3. Chez un autre ami, il y a un autre tableau aux couleurs vives et excessivement compliqué qui explique quel des trois appartements doit nettoyer les escaliers et le foyer chaque semaine. Il y a un petit note au fond qui suggère que les matins des samedis seront les meilleures temps de la faire.

Il y a pas mal de gens qui détestent la Suisse après quelques semaines là-bas (au cause de le omniprésente, tranquille, constructive, mais légèrement sinistre pression de conformer). Chaque fois que je pense à eux, ça me fait sourire parce que je sais que je ne suis pas une des ces personnes. Peu importante où Marina et moi allons voyager, la Suisse sera toujours chez nous.

Leave a Reply